COSI FAN TUTTE

En dépassant les lieux communs sur l’inconstance féminine, Cosi Fan Tutte (Ainsi font-elles toutes) explore les intermittences du cœur et de la fragilité du désir. A l’école des amants, deux couples vont apprendre la lutte permanente entre les aspirations de l’âme et l’appétit de la chair, quatre corps vont être mis à l’épreuve et leurs cœurs livrés au jeu cruel de la séduction. Tout apparaît clair dans le livret : trois femmes, trois hommes; deux amantes, deux amants, deux manipulateurs. L’opéra ressemble à la démonstration d’un théorème, au développement d’une épreuve—presque au sens photographique du terme. Ici tout commence par un pari : Cosi Fan Tutte est un jeu, un jeu dangereux peut-être, mais un jeu. Et à la première vue, l’histoire pourrait se résumer à une farce cynique et amère sur fond de jeu de dupes.

 

 

Mais sous l’apparente badinerie de ce chassé-croisé amoureux, se cache une leçon désenchantée sur la nature humaine qui sombre dans les vertiges d’un désir destructeur. La musique de Mozart et le livret de Da Ponte composent cet ambitieux opéra construit autour d’un thème beaucoup plus complexe, riche et perturbant que le titre ne pourrait le faire croire, un thème qui offre aux chanteurs des multiples possibilités dans l’exploration des jeux du désir. C’est ici, il s’agit bien du désir et non de la tromperie amoureuse. En effet, qui trompe qui ? Qui est infidèle ? Les deux femmes « par nature » infidèles ou les deux hommes qui, au nom de l’honneur trompent leur fiancé et leur ami ?

Nouvelle production février 2013 : Cosi Fan tutte de Wolfgang Amadeus Mozart

 

(Reprise de la production 2010 du Centre Lyrique Clermont-Auvergne) En coproduction avec le Centre Lyrique Clermont-Auvergne

 

Direction musicale : Amaury du Closel

Mise en scène : Pierre Thirion-Vallet

Décor : Frank Aracil

Costumes : Véronique Henriot et Atelier du Centre Lyrique

Lumières : Charlotte Osmond et Véronique Marsy

Chef de chant : Daniel Navia

Surtitrage : David M. Dufort/Elisabeth Muller

 

Guglielmo : Ping Zhang

Ferrando : Xavier Flabat

Dorabella : Magali Palies

Don Alfonso : Matthieu Lecroart

Fiordiligi : Noriko Urata

Despina : Sophie Boyer

 

Chœur et Orchestre Opéra Nomade

 

Durée : 3h30 (avec entracte), chanté en italien, surtitré en français